À Colmar, récemment, Benoît est aller contempler ce qui est à ce jour une des œuvres les plus époustouflantes de l’art rhénan : le retable d’Issenheim, joyau du Musée Unterlinden

Le retable est l’œuvre de deux grands maîtres allemands de l’art gothique : Mathias Grünewald,  pour les panneaux peints, et Nicolas de Haguenau, pour la partie sculptée. C’est un polyptyque monumental et énigmatique qui donne à voir la vie du Christ et celle de saint Antoine l’Ermite. Exposé dans l’église de l’ancien couvent des dominicains, qui fait partie du musée, sa contemplation peut durer des heures. Prenez le temps et laissez vous envahir ; l’émotion qui se dégage de ces représentations est violente, acide.

Pour Benoît, qui fait régulièrement le voyage, le choc est toujours le même ! L’alchimie opère, mélange de réalisme exacerbé et de mysticisme touchant au fantastique. La crucifixion est « horrible », on ressent la douleur. C’est une représentation d’une étonnante modernité dont d’ailleurs l’artiste japonais Itsuki Yanai a fait son obsession puisqu’il a passé plus de 20 ans à copier l’original.Au delà des panneaux peints, Attardez-vous devant la pedrelle, la partie basse sculptée, qui est d’une délicatesse raffinée  typique des sculpteurs rhénans de cette époque.

Alors si vous passez par Colmar, ne manquez pas cette expérience, laissez vous envoûter par le retable, vous en sortirez bouleversés !