Au 16ème siècle, dans Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, Vasari a dit  » Quand les portraits offrent à la fois ressemblance et beauté, on peut dire que ce sont des oeuvres exceptionnelles et que leurs auteurs sont de grands peintres ».  La visite de l’exposition consacrée aux portraits florentins nous a ainsi plongé dans une réflexion d’une troublante modernité.  L’art du portrait a connu une évolution constante: du portrait -symbole d’un statut social-, avec une fonction de mémoire et une dimension politique, le glissement vers l’auto-portrait a engendré une dimension plus psychanalytique. Aujourd’hui, les selfies inondent les reséaux sociaux et posent la question du sens de ces nouveaux portraits (les égo-portraits comme disent les québécois !). Et oui ! car le selfie, qui signifie littéralement « soi-même », a évacué tout sens, qu’il soit social ou psychanalytique. Et alors ? Le selfie est voué à rester vide de tout sens ?! Et bien NON ! L’art commence à s’emparer du selfie. Certains photographes sont en train de se l’approprier pour en faire une nouvelle forme d’expression artistique, tels Xavier CHa en 2013 à la Biennale de Lyon. Alors demain, quand vous ferez un selfie, réfléchissez à 2 fois avant de faire la photo ! Après tout, vous êtes peut-être les visionnaires de demain ! 

Exposition
FLORENCE PORTRAITS À LA COUR DES MÉDICIS
Musée Jacquemart-André
11 septembre 2015 au 25 janvier 2016Blog_Like_Expo_PortraitForentin copie