Blog_Like_AiWeiwei

Nous sommes allés voir l’exposition d’Ai WeiWei. C‘était magnifique, poétique. Nous avons contemplé le dragon, admiré les cerfs-volants déployant leurs ailes de bambou et de papier de soie, autant de créatures mythologiques offertes à nos yeux émerveillés. Seulement… Le dragon volait au-dessus des stands de parfumerie et en un instant notre rêve s’est fracassé contre les vitrines du Bon Marché, dernier lieu choisi par l’artiste pour exposer ses œuvres. D’où cette prise de tête ce lundi matin, entre Benoit, plutôt remonté contre  » l’argent qui finit toujours par récupérer même l’un des artistes le plus subversif « ,et Malice, qui a judicieusement rappelé que le mécénat existe depuis très longtemps ! Alors oui, Ai WeiWei a choisi d’être sponsorisé par le Bon Marché, ce temple moderne du « Prince »  LVMH. On grince un peu des dents quand même ! Pourtant, cette démarche n’est peut-être rien de plus qu’un pied de nez supplémentaire de l’artiste !  Pied de nez au système, à nos consciences, à la Chine… Et c’est peut être cela le plus fort de cette exposition: nous faire prendre conscience de la force de l’argent qui rend bien poreuse cette ultime frontière qui séparait l’art du commerce des biens de consommation. Quand l’art se noie dans les stands mercantiles du luxe qu’a-t-il à y gagner?!

Ai WeiWei, au bon Marché, jusqu’au 15 mars